Qu’en est il de la qualité de l’air dans les salles de sport ?

En 20 ans, le chiffres d’affaires du marché du fitness a été multiplié par 10. Une nette progression qui est due à la diversification de l’offre et à la très forte augmentation du nombre d’adhérents aux salles de sport, qui y voient un moyen de développer un corps sain dans un lieu saint. Mais finalement, est-ce vraiment mieux de pratiquer le sport en salles plutôt qu’en plein pic de pollution?

Une étude a été menée dans onze salles de sport en Europe, mais l’on peut partir du principe que les résultats peuvent être transposés en France, le matériel et les dimensions des salles étant à peu près les mêmes à Lisbonne, New York ou Paris.

Poussière, formaldéhyde, dioxyde de carbone

Cette étude a été menée par des chercheurs de l’université de Lisbonne au Portugal et de l’université de Delft en Hollande. Les chercheurs ont équipé ces onze salles volontaires d’appareils de mesure de l’air, en veillant à prendre ces mesures en fin d’après-midi et début de soirée, au moment où les salles sont particulièrement combles et remplies de gens motivés à l’idée de prendre soin de leur santé.

Parmi les polluants recherchés par les chercheurs :

  • le monoxyde de carbone ;
  • le dioxyde de carbone ;
  • l’ozone ;
  • les particules fines, la poussière ;
  • les produits chimiques contenus dans les moquettes et les produits nettoyants, y compris le formaldéhyde.

Les niveaux relevés sont qualifiés d’inquiétants : ont été relevées des quantités importantes de poussières, de formaldéhyde ou de dioxyde de carbone, qui dépassent en général les seuils recommandés.

A noter que ces poussières et autres produits chimiques constituent est un facteur favorisant pour des maladies respiratoires comme l’asthme.

Les chercheurs ont insisté sur le fait que, si ces quantités de polluants sont inquiétantes en soi, elles le sont d’autant plus que les polluants sont inhalés par des personnes en plein exercice physique.

Or, quand on fait du sport, on inspire et on expire plus fort, les particules peuvent pénétrer plus profondément dans les poumons.

NOTRE SOLUTION

La société idéas dispose d’une offre packagée d’analyse temps réel des données de la qualité de l’air indoor sur réseau privé.

Le capteur analyse en permanence la température, l’humidité et le niveau de CO2 en option d’autres mesures être ajoutées : Niveau de décibel, particules fines, O2, etc…

Les données collectées sont poussées sur un serveur en cloud via un réseau privé longue distance installé insitu.

Une fois mise en forme les datas sont mises en formes afin de s’afficher dans un tableau de bord avec historique. Des alertes sont programmées dès atteinte d’un seuil prédéfini .

Une application mobile permet de suivre cette évolution en temps réel

Pour plus d’informations contactez nous

Share Button

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *